les repas au XV siècle

Les repas s’organisent au XV siècle comme suit :

La rupture du jeûne nocturne (le disjejunium), se prend entre 6h et 8h selon la saison.

Quand la journée à commencée tôt on peux prendre un encas (le  prime) : un morceau de fromage, un verre de vin (pour égayer le teint pour les dames) vers 10h.

Le repas principal : (le prandium) aussi appelle repas de sixte se prend  entre 11h et 13h, après la moitié du travail.

Et enfin La cena se prend avant le couché du soleil donc selon les saisons entre 16h et 19h.

On mange assis, sur la table il y a du linge (chez les humbles que pour la fête), pour s’essuyer la bouche, la main ou la manche suffisent. Il faut attendre François 1er pour que l’on se torche à la nappe, comme le roi.

Le  couteau est le couvert  polyvalent, la cuillère ne sert que comme louche, sauce et potage sont versés dans l’écuelle où l’on boit directement.

La fourchette (à deux dents) est encore réservée aux riches, elle est alors en métal précieux, le pic a viande est une légende, l’objet représenté sur les gravures n’est en fait qu’un fusil a aiguisé le couteau.

Blanc Manger au poulet

Blanc Manger au poulet

Le lavage des mains se fait avant et après le repas avec l’aquamanile dans le baquet qui sert pour la vaisselle. Les déchets iront aux chiens ou au feu

Francesca

Francesca

Francine (Francesca) Passementière Vénitienne à rencontré son mari Girolamo lors d’échange entre la Sérénissime et le duché de Milan. Elle l’a suivi depuis son entré en France, ils s’installeront en Picardie non loin de la Garnison de l’Orme Blanc ou elle continue de pratiquer la dentelle aux fuseaux et a l’aiguille venu de sa région natale, la dentelle aux fuseaux étant importé d’Italie coûte très chers, sa fabrication au sein des Basses Flandres lui Garantie des revenues confortable, elle sera très rapidement surnommé “Maman” par les compagnons d’arme de l’Orme blanc par sa prestance et sa capacité à aider tous le monde.

Jehan Jacques

Jehan jacques

Le rôtisseur, le seigneur Alrik ainsi que les cantinières lui ont confié la responsabilité des feux et de la cuisson des repas. Ceux ci sont vitaux pour la compagnie, les feux servent à la cuisson, mais aussi au chauffage et à l’éclairage du campement, ils sont nécessaire pour la surveillance la nuit , et sont très apprécié des hommes d’armes lors des nuits fraîches.