La prostitution

La prostitution:

Pratique honteuse depuis qu’elle a perdu sa sacralité mais qui a toujours connu le concept d’utilité et de bien public, dans le souci de garantir l’ordre social.
L’Eglise a quasiment de tous temps officiellement interdit la prostitution.
Il serait illogique pour l’Eglise et contraire à son dogme de tolérer ouvertement cette pratique, ce qui reviendrait à l’encourager et à s’en faire complice.
Villipender, maudire, menacer de l’enfer et des tourments ceux et celles qui la pratiquent restent, au-delà des tergiversations, sa seule possibilité.
L’Eglise avec ses positions, écrits, conseils et menaces, au cours des siècles passés… ses nombreux interdits… ont-ils généré la peur de nos aïeux, la fureur des uns ou au contraire la tolérance des autres ?

Saint Louis

Si Saint Louis aura fait en sorte  d’interdire l’accompagnement des hordes de Croisés par des filles de joie lors de la septième croisade, en interdisant leur présence lors de l’embarquement à Aigues-Mortes, il aura la déconvenue d’apprendre que ses ordres n’ont pas été respectés durant son emprisonnement.
En effet, certains combattants de Terre sainte, n’hésitent pas à importer des navires de prostituées.
Saint Louis meurt loin de son royaume mais son empreinte devient indélébile pour les 3 siècles à venir.
Il aura, entre autres, imposé la reconnaissance des filles par des détails costumiers.

 

 

Cette décision générera des rigueurs et obligations vestimentaires réservées à aux filles de joie à toutes les époques.
Les successeurs au trône de France, de 1270 à 1560, ne modifient guère ces lois…
Mi-chemin entre tolérance et rejet, la France évolue entre conscience de l’utilité et condamnation morale de la chose… Autoriser en surveillant…

 

 Charles V

en 1367 et 1379, le prévôt de Paris renouvelle l’édit de 1256 de Saint Louis.

Les femmes prostituées, tenant bordel en la ville de Paris doivent tenir leurs bordels aux lieux publics prévus (sous risque d’emprisonnement au Châtelet et expulsion de la cité).
Cette loi agrandit l’espace autorisé, incluant de nouvelles rues aux noms évocateurs
> Trace-Putain (rue de Beaubourg)
> Gratte-ciel ou Tire-Boudin (rue Marie Stuart !)

Charles VII

C’est mesures de parcage et surveillance des ribaud est sont confortées en 1386 et 1395 sous Charles Vista et 1446 sous Charles VII par la réédition de la loi de Saint Louis.
Cette réédition voit également le renforcement de nouveaux interdits vestimentaires.
Les nouveaux textes promettent de plus grands châtiments à celles qui exercent hors des zones.
En raison de l’expansion de cette pratique, on accordé des rues supplémentaires.
Les ordonnances répressives restent néanmoins peu suivies d’effet.
Ces différentes hésitations ouvrent finalement la porte à l’usage de la pratique et à sa réglementation.
Qui dit réglementation dit quasi reconnaissance même si c’est certes en faisant la grimace.
Taggé .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire